- - - - - -
jeudi, 14 décembre 2017

A+ R A-

L’EMANCIPATEUR SYNDICAT CGT DU VAR DES RETRAITÉS ET ANCIENS SALARIÉS DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Mensuel n° 334 - Avril 2016:

  • Publication : mercredi 27 avril 2016 06:07
  • Écrit par CGT-EM
  • Affichages : 912

Les retraités dans l’action Sous la pression de la rue,

le gouvernement a revu son projet de loi travail, mais le texte garde en lui toutes ses régressions sociales. Ce projet, en l’état, met fin aux 35 heures, il s’attaque aux loisirs, au sport, à l’engagement dans la vie associative. Il porte en lui la suppression des conquêtes sociales obtenues grâce à de nombreuses luttes. Dans ce texte, médecine du travail, prud’hommes etc… seraient laminés. Le gouvernement a tenté de casser la mobilisation en annonçant pour les jeunes quelques mesures concrètes. Mais ils ne sont pas dupes, ils restent vigilants sur ces promesses et restent mobilisés contre ce projet de loi. Les retraités sont aussi dans l’action depuis plusieurs mois.

Après la manifestation du 31 mars, les organisations de retraités se sont réunies pour demander une entrevue auprès du Ministre des Finances, sur les neuf mesures fiscales prises à l’encontre des retraités, et sur l’inquiétude de l’obligation des déclarations d’impôts à remplir en ligne. Une délégation sera reçue le 3 mai 2016. L’ensemble des organisations ont décidé de faire du 9 juin une nouvelle journée d’actions pour exiger une revalorisation des pensions. En attendant cette date, notre syndicat demande à l’ensemble de ses adhérents de participer à toutes les actions prévues, le 28 avril et le 1er mai.

La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat.

Michel Camatte

 

Selon Macron, le pauvre patron souffre, il a des responsabilités, il prend des risques. Mais comment se fait-il que l’on ait 530 accidents mortels par an côté salarial et aucun côté patronal ?

Comment se fait-il que les patrons refusent d’embaucher et pleurent misère auprès de l’Etat au point de quémander 220 milliards par an d’aides publiques ? On entend bien le MEDEF se plaindre de la difficulté de comptabiliser les « points pénibilité » des salariés Q

Comment se fait-il que les profits et dividendes n’aient jamais été aussi élevés et les salaires si bas ? Comment se fait-il que Macron et Valls parlent de diminuer les maigres droits des chômeurs alors qu’il suffirait de traquer la fraude fiscale des patrons ?

 

DES CHIFFRES QUI PARLENT D’EUX-MEME :

 

• 612 111 accidents du travail en 2014, dont 562 648 avec 4 jours d’arrêt de travail où plus de 530 salariés sont morts, sans compter Pauvres patrons ! des retraites complémentaires Le Patronat avec le soutien de 3 syndicats, la CFDT, la CFE/CGC et la CFTC, a décidé de bloquer pour 3 années les retraites complémentaires. Les actuels retraités sont touchés par cet accord : • L’accord décale de 7 mois la date de revalorisation des pensions. A compter de 2016, les pensions versées par l’ARRCO et l’AGIRC, puis à partir de 2019, celles versées par le nouveau régime complémentaire unique seront revalorisées au 1er novembre de chaque année au lieu du 1er avril, aucune revalorisation n’étant intervenue en 2014 et 2015, la valeur de service du point restera fixée au même niveau que celui décidé en avril 2013 au moins jusqu’au 1er novembre 2016.

• L’accord prévoit pour les 3 années à venir (2016, 2017 et 2018) une revalorisation des pensions inférieure à l’inflation. Cela peut alors entraîner pour les retraités une perte du pouvoir d’achat.

Leurs pensions seront indexées sur l’évolution des prix à la consommation hors tabac prévue pour l’année en cours diminuée d’un point. Mais si l’inflation est inférieure à 1%, leur montant ne diminuera pas. A partir de 2019, les pensions devraient être à nouveau indexées sur l’évolution du salaire annuel moyen et non plus de l’inflation dont l’évolution est en général plus faible). Réforme des retraites complémentaires

Le Patronat avec le soutien de 3 syndicats, la CFDT, la CFE/CGC et la CFTC, a décidé de bloquer pour 3 années les retraites complémentaires. C’est pourquoi la CGT entend continuer de porter ses revendications qui visent à apporter des ressources nouvelles sans baisser les droits des retraités :

- Une remise en cause des politiques d’aides aux entreprises sans condition ni contrôle - Un élargissement de l’assiette de cotisations (intéressement, participation, stock option, etcQ) - Des dispositions qui incitent les employeurs à embaucher et à mieux payer leurs salariés

- La mise en place d’une contribution sur les revenus financiers des entreprises (dividendes, produits financiers) Sur le court terme, la CGT a posé et défendu 2 revendications : 1. L’augmentation de la cotisation AGIRC 2. L’égalité salariale hommes/femmes qui devait être en vigueur en 2015 (les experts estiment qu’il faudra attendre la fin du siècle).

 

Les organisations réformistes, la CFDT, la CFE/CGC et la CFTC, se sont couchées devant le Patronat, cet accord entrera en vigueur d’ici 2019. La CGT a pris la responsabilité de faire connaître ces reculs à l’ensemble des salariés. Michel Martin Les retraités du ministère de la défense dans l’action Commencé par un puissant rassemblement le 16 février devant la Préfecture Maritime, ce début d’année 20016 a vu une montée en puissance de la mobilisation des retraités Ouvriers de l’Etat et des Fonctionnaires varois des établissements du ministère de la Défense à l’appel de la CGT :

- Mardi 16 février : rassemblement Préfecture maritime pour la défense des statuts et du Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l’Etat (FSPOEIE)

- Mardi 8 mars : rassemblement avec l’ASAVA devant le Tribunal Administratif pour la défense des dossiers « Préjudice d’anxiété » - Mercredi 9 mars : rassemblement place de la liberté pour le retrait de la loi Valls-El Khomri (code du travail) - Jeudi 10 mars : rassemblement des retraités Préfecture du var à l’appel des Unions syndicales retraités pour la défense des revendications retraités

- Mercredi 15 mars : rassemblement avec l’ASAVA devant le tribunal administratif pour les dossiers « préjudice d’anxiété »

- Mercredi 31 mars : rassemblement place de la Liberté pour le retrait de la loi Valls-El Khomri (code du travail) Les retraités du ministère de la défense dans l’action - Samedi 9 avril : rassemblement place de la liberté pour le retrait de la loi Valls-El Khomri (code du travail) Les réjouissances vont se poursuivre sans faiblir :

- Jeudi 28 avril : rassemblement place de la liberté pour le retrait de la loi Valls-El Khomri

- Dimanche 1er mai : Fête du travail – Manifestation – Apéritif fraternel – Animation musicale Pierre Gattaz, président du Medef

, vient de déclarer : « Tant qu’on aura des syndicats comme la CGT et FO, politisés et obnubilés par la lutte des classes, on ne s’en sortira pas Q Nous ne pouvons pas discuter avec des organisations qui refusent la mondialisation et ont une culture de lutte des classes ».

En foi de quoi il préfère les discussions avec ses compères du gouvernement et les syndicats dociles et complaisants. Eh oui, la CGT est là et bien là, avec ses adhérents, fidèle à ses principes fondateurs. Elle continue à appeler les travailleurs actifs et retraités à se rassembler dans de puissantes luttes pour défendre leurs revendications. Toutes et tous dans les rassemblements et manifestations programmés.

Claude BOUY