- - - - - -
jeudi, 14 décembre 2017

A+ R A-

Rencontre avec le Ministre de la Défense du 14 avril 2016

  • Publication : samedi 16 avril 2016 06:01
  • Écrit par CGT-EM
  • Affichages : 935

Ce jour, après différents reports liés à la situation géopolitique,...

Nous avons rencontré le Ministre LE DRIAN. Cet échange d’un peu plus d’une heure, nous a permis de lui faire part de nos positions sur la situation internationale, sur les besoins en emplois de personnels civils (fonctionnaires et ouvriers de l’Etat) pour maintenir les compétences et réaliser nos missions, sur les salaires, la souffrance au travail, l’avenir du SIAé ainsi que ceux de DCNs et Nexter et sur son annonce de re fabriquer les munitions de petits calibres en France.

Sur ce dernier point, nous lui avons rappelé que nous avons des établissements, au sein du groupe GIAT Nexter, en capacité de répondre à cette demande à condition de leur passer les commandes et de leur donner les moyens pour les réaliser. Sur la situation internationale, il ne nous a pas caché que l’instabilité était très inquiétante.

Pour assurer la protection des citoyens, du territoire et des biens, nous lui avons fait part que le niveau de recrutement prévu pour 2016 était très insuffisant vu le nombre de départs en retraite et le fait que les militaires « abandonnent » leurs activités dans les établissements et services pour partir en opérations intérieures ou extérieures. Au-delà, des professions ciblées, nous lui avons indiqué que les personnels de soutien tant techniques qu’administratifs étaient au bord de la rupture vue la charge de travail qui ne cesse d’augmenter et du fait d’une sur utilisation des matériels.

Il nous a confirmé pouvoir réaliser 290 des 337 recrutements d’ouvriers de l’Etat avant l’été. Nous lui avons dit que nous formions des apprentis et que contrairement à ce que disent certains employeurs, il serait intéressant de leur permettre de passer les essais d’embauches avant même la fin de leur scolarité en juin. Former des apprentis, c’est un investissement, les garder c’est assurer l’avenir. Nous avons évoqué les augmentations de salaires. Si pour les fonctionnaires, il y a un dégel certes très insuffisant, rien à l’horizon concernant le rétablissement des bordereaux trimestriels des ouvriers de l’Etat.

Le Ministre nous a indiqué souhaiter obtenir l’autorisation d’ouvrir des discussions au sein du ministère sur le statut des ouvriers de l’Etat et que les augmentations feraient parties du « paquet cadeau ». Pour lui, il est hors de question d’aller vers un quasi statut, mais il faut amender et améliorer l’existant sans nous en dire plus. Rencontre Avec le ministre Fédération nationale des travailleurs de l’État 263 rue de Paris - Case 541 93515 Montreuil Cedex Tél. 01 55 82 89 00 Fax 01 55 82 89 01

Si une attaque était portée au statut des ouvriers de l’Etat, les fonctionnaires pourraient se préparer à subir le même sort. Nous l’avons alerté sur la souffrance au travail, les RPS en nous appuyant sur des éléments concrets. Il s’est montré attentif sur le sujet. Concernant l’avenir du SIAé et le message porté par le directeur central d’un passage en EPIC, le ministre s’est montré très surpris car ce n’est pas une orientation du ministère de la Défense. Les gesticulations de ce directeur visent à se défaire de toutes contraintes statutaires.

Une note reçue par nos camarades OSD de GIAT Nexter en fin d’année, rend quasiment impossible leur retour au sein du ministère. Il s’est là aussi montré surpris, son conseiller social ayant du mal à justifier ces écrits émanant de la DRH MD. Concernant la situation de DCNS, nous lui avons fait part de notre grande inquiétude sur la situation industrielle. Les premiers effets du récent Plan Social, signé cet hiver par trois Organisations Syndicales, commencent à se faire sentir et beaucoup de personnels se retrouvent dans des positions très délicates sur le plan psychologique. Nous avons demandé l'arrêt du transfert des personnels du soutien, des sites parisiens vers DES, afin de sauvegarder les dernières compétences qui nous restent.

Le niveau des effectifs, des compétences n'en finissent pas plonger en dessous de la limite tolérable, à tel point qu'une grande majorité des personnels ne se sent même plus capable de réaliser les programmes qui composent notre plan de charge. Un plan massif d'embauches est plus que nécessaire !

Nous avons également dénoncé une nouvelle fois le choix du "tout-export", choix qui en plus d'être contestable politiquement, vide nos établissements par les missions à l'étranger. La réalisation des programmes nationaux doit redevenir notre priorité et il faut mettre fin au règne du "business". Nous n'acceptons pas que l'avenir d'une entreprise comme DCNS ne puisse s'envisager que par des contrats à l'exportation, qui plus est lorsqu'ils sont signés avec des pays tels que le Qatar, l'Arabie-Saoudite, l'Egypte… Un point a également été fait quant à l'ambiance générale qui se dégrade, face à une direction qui n'hésite devant rien pour arriver à son objectif: Soumettre ses personnels à "sa" doctrine financière.

Le récent exemple des séances de formation visant à "renforcer la capacité managériale" des chefs d'équipes et cadres de premier niveau parle de lui-même. En effet, pour aider ceux-ci à prendre certaines décisions parfois difficiles, la direction a eu recours à un cabinet (Delta Lead) noyauté par l'extrême-droite. Quand on vous dit que si nous les laissons faire, rien ne les arrêtera…

Nous avons suite à cette rencontre, toutes les raisons d’aller interpeller les employeurs et à nous inscrire dans les journées nationales de grèves et manifestations des 28 avril et 1er mai. Est également pointée dans le paysage, une journée d’action pour le recrutement d’ouvriers de l’Etat et le rétablissement des bordereaux trimestriels le 26 mai. Les fonctionnaires y ayant toute leur place. La délégation CGT était composée d’Hervé BAYLAC, secrétaire général de la fédération, de Bruno LE NEZET, secrétaire général adjoint et de Laurent HEBERT, délégué syndical central de DCNs. Montreuil, le 14 avril 2016