- - - - - -
jeudi, 14 décembre 2017

A+ R A-

Statut des Ouvriers de l’Etat : Nouvelle journée de mobilisation Le 4 novembre.2016 :

  • Publication : mardi 18 octobre 2016 15:50
  • Écrit par CGT-EM
  • Affichages : 472

 Après la journée de mobilisation du 18 octobre sur le maintien et l’amélioration du statut des ouvriers de l’Etat et des fonctionnaires, la CGT appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 4 novembre, jour de la réunion convoquée par la DRH MD pour évoquer l’avenir du statut des ouvriers de l’Etat.

 

Le ministre entend « rénover » le statut.

Pour la CGT, quand on rénove c’est qu’on améliore.

Il semblerait que le ministre n’est pas le même dictionnaire que nous. Pour lui, rénover c’est supprimer les bordereaux trimestriels, mettre en extinction 58 professions, en finir avec les TSO et le mode de recrutement actuel.

Ce n’est pas comme ça qu’il va rendre le statut attractif. Car c’est bien « pour attirer les salariés dans nos établissements qu’il entend maintenir le statut ». Là, on ne parle plus d’un statut amélioré mais d’un statut low cost.

Ne tombons pas dans le piège.

Le statut actuel ne dérange que Bercy et la Cour des Comptes.

Pour preuve, cette année le statut actuel a permis 337 recrutements s’ajoutant aux 305 transformations d’OMA en OE et aux 94 recrutements en 2015. Alors pourquoi changer une formule qui gagne et qui permet à nos établissements d’essayer de répondre aux besoins grandissants des forces avec des ressources insuffisantes d’ouvriers de l’Etat.

Pour 2017, ce sont 464 recrutements d’ouvriers de l’Etat qui sont prévus.

A notre connaissance aucunes conditions n’ont été posées pour les réaliser.

Le 4 novembre est un nouveau rendez-vous de mobilisation pour pérenniser et améliorer notre statut tant décrié par les rois de la calculette ne connaissant rien aux missions réalisées par les ouvriers de l’Etat.

C’est sûr être ouvrier de l’Etat n’entre pas dans la norme de la précarité portée par le chef de l’Etat et son gouvernement libéral.

Nous sommes loin de la loi travail mais c’est comme ça. Que le ministre, ses conseillers, ses collaborateurs et les députés viennent expliquer aux salariés que le statut d’ouvrier de l’Etat est trop avantageux. La réception risque d’être animée.

Le 4 novembre, soyons encore plus nombreux que le 18 octobre. Investissons massivement les directions et les permanences parlementaires.

 

Montreuil, le 18 octobre 2016