- - - - - -
jeudi, 14 décembre 2017

A+ R A-

FNTE :Tous dans l’action le 15 septembre 2016 :

  • Publication : mercredi 7 septembre 2016 15:59
  • Écrit par CGT-EM
  • Affichages : 642

Suppressions d’emplois, pertes des missions, salaires en berne, dégradations des conditions de travail…

 

Pour obtenir satisfaction à nos revendications, pour l’abrogation de la loi travail Tous dans l’action le 15 septembre

Il y a 80 ans, nos « anciens » obtenaient les congés payés, ils ne devaient pas se douter qu’en 2016 de moins en moins de citoyens pourraient profiter de cette période pour se ressourcer. Pour celles et ceux qui ont pu changer d’air, les vacances sont terminées, la rentrée est là et les revendications demeurent.

Dans les grands groupes les dirigeants et les actionnaires n’ont pas eu à calculer leur budget vacances tant l’opulence en cette période est grande.

Le Chef de l’Etat, le Premier Ministre, MACRON le fuyeur -casseur et ses camarades REBSAMEN et EL KHOMRI ont attaqué les garanties sociales collectives et privilégié le patronat comme personne ne l’avait fait avant eux. Si le printemps et le début de l’été ont été marqués par les manifestations contre le projet de loi travail, pendant toute la période estivale cette bataille à continuer.

La CGT a investi les festivals, les plages, le tour de France, les péages…, pour montrer que d’autres choix sont possibles. Celles et ceux qui produisent les richesses, celles et ceux qui sont privés du droit au travail, les retraités et la jeunesse, tous subissent l’austérité. Aujourd’hui, le mécontentement est sur toutes les lèvres.

Pour la CGT le capital confiance emmagasiné depuis début mars 2016 doit servir de socle revendicatif pour cette rentrée. Une nouvelle date d’action s’offre à nous Le 15 septembre. Nous entrons dans la période où vont se discuter les Projets de Loi de Finances (PLF) pour 2017 et s’ouvrir les NAO. Le 5 octobre, le ministre de la Défense recevra les organisations syndicales pour présenter le PLF 2017.

Le 6 octobre nous serons auditionnés par la commission de la défense à l’assemblée nationale. Les mesures financières pour améliorer le quotidien des salariés et des retraités seront certainement les grandes absentes de ce PLF sauf pour casser l’emploi.

D’ores et déjà, interpellons massivement nos employeurs pour qu’ils demandent au ministre les emplois que nous aurons chiffrés, pour permettre de reconquérir et maintenir nos missions. Interpellons-les sur les salaires, sur les conditions de travail et de vie. C’est en partant du local que nous gagnerons.

Montreuil, le 7 septembre 2016