- - - - - -
lundi, 24 septembre 2018

A+ R A-

Non réponse aux revendications, passage en force de la loi travail par l’application du 49-3 : disons stop à cette politique libérale !! tous en grève et dans les manifestations les 17 et 19 mai !!!

  • Publication : jeudi 12 mai 2016 08:51
  • Écrit par CGT-EM
  • Affichages : 909

Depuis plus de deux mois, étudiants, salariés et retraités manifestent pour le retrait de la Loi El Khomri aussi appelée loi travail et pour imposer d’autres choix de société.

Avec l’aide de certaines organisations syndicales, gouvernement et patronat ont, au travers de cette loi, porté une nouvelle attaque au monde du travail.

Ce que Sarkozy avait annoncé en 2007, Hollande l’a fait en 2015 avec la loi Macron et en 2016 avec la loi El Khomri, remettant ainsi en cause les acquis obtenus de hautes luttes depuis des décennies. Cette politique libérale du chef de l’Etat et de son gouvernement est aux antipodes des besoins des salariés et des retraités.

Ce nouveau passage en force montre que ce gouvernement est loin d’être serein, bien au contraire. L’utilisation du 49-3 pour faire adopter une loi rejetée par plus de 70% de la population est inadmissible et inacceptable. C’est une véritable honte et provocation ! Les salariés sont méprisés, les citoyens bafoués et leurs représentants ignorés.

La CGT condamne fermement de telles pratiques. Ce nouveau déni de démocratie est pour la CGT, l’attaque de trop. Nous devons absolument élever le niveau de mobilisation pour exiger le retrait de la Loi travail et faire aboutir nos revendications. Dans le paysage de notre champ fédéral s’annonce l’attaque du statut des ouvriers de l’Etat.

Après la privatisation de Nexter, le plan social à DCNs et la poursuite des casses d’emplois au ministère, ce sont les statuts des personnels qui sont visés.

Nous avons donc toutes les raisons d’être massivement dans l’action. La FNTE CGT appelle tous les salariés et retraités à faire grève les 17 et 19 mai, à s’inscrire massivement dans toutes les mobilisations interprofessionnelles et à aller interpeller fermement les employeurs et les décideurs politiques. Montreuil, le 12 mai 2016